Abdeslam Bouchouareb : la jeunesse, au cœur des priorités

Publié le par Alliance ANR - UDR

Abdeslam Bouchouareb : la jeunesse, au cœur des priorités
du président Bouteflika


Le Président élu, Abdelaziz Bouteflika, compte faire de la jeunesse son cheval de bataille durant les cinq prochaines années, avec un défi majeur de créer trois millions de postes d’emploi.
Bouteflika qui avait déjà annoncé la couleur à l’occasion de l’annonce de sa candidature, a réitéré cet engagement dans son programme pour le prochain quinquennat et lors des différents meetings qu’il a animés dans le cadre de la campagne électorale.

Une tendance du reste confirmée par M. Abdeslem Bouchouareb, directeur de communication
de la campagne du candidat Bouteflika.

Et pour cause, M. Bouchouareb, lors de son passage ce dimanche sur les ondes de Radio Algérie internationale, n’a pas manqué de souligner que la jeunesse figure en priorité dans le programme du président élu qui compte donner à cette frange de la société la possibilité et l’opportunité de monnayer son talent et participer pleinement, et de manière active, dans le développement socio-économique du pays.

C’est là une gageure que s’est lancé le premier magistrat du pays qui n’a eu de cesse de multiplier les appels en direction des jeunes pour qu’ils prennent les choses en main et deviennent maîtres de leur destin.

Pour M. Bouchouareb, les jeunes algériens ont prouvé tout le bien qu’on pensait d’eux. Il en veut pour exemple, l’élan dont ils ont fait preuve lors de la campagne électorale et le jour du scrutin, lorsqu’ils ont donné une véritable leçon en matière d’engagement, de discipline et de détermination.

« Cela traduit, on ne peut mieux, l’affection et l’estime que nos jeunes ont envers leur pays et le président Abdelaziz Bouteflika », confie M. Bouchouareb, avant d’ajouter : « aujourd’hui, il suffit de leur donner la chance pour exprimer leur talent et faire valoir leurs capacités et leurs compétences ».

« On doit leur permettre de reprendre espoir, de rétablir la confiance et de croire, dur comme fer, que l’avenir ne peut se décider et se bâtir que dans leur propre pays », a-t-il souligné.

Sur un autre registre, M. Bouchouareb a fait état de la volonté du chef de l’Etat à poursuivre l’approfondissement de la politique de réconciliation nationale, laquelle constitue une condition sine qua non pour le rétablissement définitif de la paix et de la sécurité.

Mais ce processus ne pourra être mené à terme sans une implication réelle et active de la population.

Et à ce titre, l’on se rappelle, M. Bouteflika a eu l’occasion d’insister à ce sujet, lors de sa campagne, en soutenant que la porte restera toujours ouverte à ceux qui veulent revenir au droit chemin.

Cependant, ceux qui persistent dans la voie de la violence et de la destruction seront combattus sans relâche et avec tous les moyens possibles. « Ils trouveront sur leur chemin l’armée nationale et toutes les forces de sécurité, sinon ils auront à faire à toute la population et à l’ensemble des citoyens ».

Sur ce sujet, Abdelaziz Bouteflika a signifié clairement qu’il se référerait, une fois de plus, si cela s’avèrera nécessaire, pour le consulter sur la question controversée de l’amnistie générale.

« Il n’y aura pas d’amnistie sans la consultation du peuple, seul habilité à accorder
ou non son pardon », a-t-il martelé.

Source : http://www.bouteflika2009.com/fr/content/view/407/86/

Publié dans News

Commenter cet article