La culture, un des leviers du développement durable

Publié le par Alliance ANR - UDR

Les enjeux liés aux questions identitaires renforcent la conviction profonde que la culture demeure l’un des aspects de la cristallisation de la souveraineté nationale et l’un des leviers du développement durable.

La promotion de la culture, dans ses différents aspects, a été marquée aussi bien par la réalisation de nombreuses infrastructures que par un intérêt croissant accordé à la production, la recherche et l'exploitation des moyens et des différents supports de publication, d'information et audiovisuels.

Ainsi, plusieurs projets visant à assurer un maillage du territoire national en infrastructures culturelles, ont été lancés, avec une mise à niveau de leurs équipements et une meilleure prise en charge du patrimoine culturel.

De ce fait, le secteur a bénéficié, durant ces dix dernières années, d’un budget d’équipement de 90 milliards de dinars, alors que le budget de fonctionnement a accompagné cette évolution en passant

à 15 milliards de dinars pour l’exercice 2009.

Il y a eu également la réception de 133 bibliothèques, en plus d’une centaine en cours de construction, 23 maisons de culture et 72 centres culturel.

Un programme pour la réalisation de près de 1.200 bibliothèques et salles de lecture au bénéfice de toutes les communes qui en sont encore dépourvues, et un autre portant sur l’ouverture de salles de lecture dans les cités et localités en collaboration avec les collectivités locales, ont été également lancés.

S’agissant du Livre, il y a lieu de souligner la consolidation de la législation, l’institution de deux festivals du livre, l’édition ou la réédition de plus de 1.200 titres dans le cadre de la manifestation culturelle

«Alger, capitale de la culture arabe 2007».

Le cinéma a, quant à lui, enregistré la production de 80 oeuvres en 2007. Cette opération a été accompagnée de la rénovation de 17 salles du réseau de la cinémathèque, ainsi que de salles communales de cinéma.

Dans les domaines du théâtre, de chorégraphie, de musique et d’arts lyriques, cette progression a été marquée par la production de 47 pièces théâtrales en 2007, au même titre que le renforcement

de la formation artistique dans plusieurs établissements.

Un projet de réalisation d’un opéra de dimension nationale, en plus d’un projet d’une grande salle de spectacle, ont été, d’autre part, lancés. La préservation et la restauration du patrimoine a fait l’objet, quant à elle, de nombreux programmes, ainsi que d’une amélioration de la protection légale des biens culturels.

Alger accueillera en juillet prochain, le second Festival Culturel panafricain, et en 2011, la ville de Tlemcen sera la capitale de la civilisation islamique.

S’agissant de la prise en charge de l’histoire nationale, celle-ci s’est traduite par la constitution de fonds bibliothécaires, la création d’ateliers de la recherche scientifique historique englobant des domaines nouveaux au plan de l'utilisation technique, cinématographique et documentaire et de l'exploitation des espaces idoines pour ériger des monuments historiques.

Pour les cinq prochaines années, le candidat Abdelaziz Bouteflika s’engage, s’il est réélu, à œuvrer à souder la nation autour de ses constantes.
Dans cette perspective, le système d’enseignement dans tous ses paliers, continuera d’être mis à contribution pour imprégner l’enfance et la jeunesse des valeurs de l’Islam et de notre civilisation arabo-islamique. L’écriture et l’enseignement de l’histoire nationale millénaire aux jeunes générations, constituent un devoir qui sera pris en charge davantage, conformément à la Constitution.

L’école sera également sollicitée pour promouvoir l’esprit civique, l’amour de la patrie, et le sens de la citoyenneté chez nos jeunes générations.
En outre, l’Etat continuera d’assumer pleinement son devoir de promotion de l’Islam, religion de l’Etat, et oeuvrera à la propagation de ses valeurs de paix, de fraternité et de convivialité.

L’enseignement du Coran, la promotion et la protection de la mosquée, et la valorisation du concours des zaouia constituent autant de voies à travers lesquelles cette mission sera poursuivie.

La promotion de la langue arabe, langue nationale et officielle, ainsi que la contribution de l’Algérie à l’épanouissement de la civilisation arabo-islamique, continueront de mobiliser l’intérêt de l’Etat. Il en sera de même pour tamazight, langue nationale, et pour la dimension amazighe

qui est l’un des ciments de notre unité nationale.

Source : http://www.bouteflika2009.com/fr/content/view/248/86/

Publié dans Campagne Eléctorale

Commenter cet article