Les acquis de la réconciliation nationale mis en avant

Publié le par Alliance ANR - UDR

Les acquis rendus possibles grâce à la mise en œuvre de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale ont été amplement mis en avant lors des différents meetings populaires tenus depuis le 19 mars par le candidat indépendant Abdelaziz Bouteflika à travers les wilayas dans le cadre de la campagne électorale pour la présidentielle du 9 avril 2009.

Ainsi, M. Bouteflika a estimé que, durant ses deux mandats, il a été «fidèle à ses engagements» en rétablissant la paix, en restaurant la confiance et en redonnant au pays sa place dans le concert des nations.

Il a promis qu'il poursuivra sa politique de réconciliation nationale, sans quoi, il serait impossible d’initier une politique d’édification et de construction du pays, ajoutant : «Moi, j’ai demandé à ceux qui ont souffert des affres de la tragédie nationale de pardonner». «Le peuple algérien a enduré une douloureuse épreuve de violence et il s’est rendu compte à la fin que la réconciliation

était l’unique voie pour la sortie de cette crise », a-t-il fait admettre. 

Fustigeant les «extrémistes», il a affirmé que l’Algérie appartient aux Algériens et pas seulement aux laïcs ou aux islamistes», tout en stigmatisant ceux qui ont voulu introduire une nouvelle doctrine salafiste étrangère à notre religion et à nos traditions.

Il met également une limite à cette magnanimité de l’Etat : «vous avez détruit le pays et vous voulez revenir (comme si de rien n’était). Moi, en tout cas, je ne peux imposer

au peuple d’accepter votre retour dans la société».

Il n’a pas hésité, en outre, à s’attaquer à ceux qui se permettent, à partir de l’étranger, de porter atteinte à leur pays, estimant que même s'ils ne s'inscrivent pas dans la vision des pouvoirs publics, cela ne les autorise guère à s'attaquer à leur nation et à leur peuple. 

S’agissant des autres volets de son programme, M. Bouteflika a réaffirmé qu’il a tenu ses promesses en matière de développement économique et social du pays, malgré les «réserves émises» par les uns et les autres.
Il a défendu ces acquis en affirmant avoir tenu ses promesses concernant la création de trois millions d’emplois et 1,5 million de logements en cinq ans,«ce qui dépasse même ses prévisions.

Dans les cinq années à venir, s’il est réélu, M. Bouteflika s’est engagé à mobiliser un budget

de 150 milliards de dollars pour poursuivre la reconstruction du pays,

réaliser un million de logementset créer trois millions d'emplois.

Il a souligné que le pays s’est débarrassé du «fardeau» de la dette extérieure, alors que certains économistes avaient suggéré de se consacrer plutôt au développement même en étant endetté.

Le candidat Bouteflika a promis d’augmenter le nombre d’étudiants universitaires à deux millions en 2015, relevant que le nombre d’écoles et de lycées construits, durant ces dernières années, dépasse ce qui a été réalisé depuis l’indépendance du pays.

Abordant le scrutin du 9 avril prochain, il a exhorté les citoyens algériens à aller voter car, a-t-il averti, «le monde nous observe et nous surveille».

«Il faut voter, votez même avec un bulletin blanc, mais l’essentiel est d’aller voter pour prouver que l’Algérie est toujours debout et que notre peuple n’accepte pas le fait accompli». « Nous nous sommes promis de construire ensemble l’Algérie et nous allons tenir notre promesse », a-t-il dit .

Source : http://www.bouteflika2009.com/fr/content/view/249/86/


Publié dans Campagne Eléctorale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article