Bouteflika : « Il est temps pour vous de prendre le relais »

Publié le par Alliance ANR - UDR

S'adressant aux jeunes depuis Bechar

Image

Les thèmes de campagne sont soigneusement choisis, et donnent, par touches successives, du sens à la mutation progressive, méthodique qu’il veut imprégner à l’Algérie.

Le candidat Bouteflika, après les Aurès, étape qui marque la symbolique du départ de la Révolution, la capitale de la Saoura lui fournit l’occasion de poser le second repère de sa politique : préparer la relève de la génération de Novembre 54. A sa deuxième sortie d’une campagne qu’il a voulue thématique par souci didactique, Bouteflika s’est adressé, ce vendredi à Bechar, à une assistance composée, dans sa majorité de jeunes et d’étudiants. Son message est sans équivoque : « Le temps est venu pour vous d’assumer la responsabilité et de prendre le relais de la génération de Novembre 1954, car vous en être capables, tout comme vous êtes capables de participer activement à la construction et au développement de votre pays ».

Dans un pays qui a hérité à l’indépendance de moins de 300 cadres nationaux pour gérer un pays sorti exsangue de la longue nuit coloniale, mais qui se targue aujourd’hui de se préparer à accueillir deux millions d’étudiants, dans ce pays ou cette vaillante jeunesse a fait la Révolution, ou les jeunes cadres ont relevé les défis de développement et qui portent le devenir de l’Algérie, ce message touche le cœur de la problématique du Renouveau de l’Algérie. Coté cour, une partie de cette jeunesse désespère, perd confiance, s’insurge, et devient défiante envers la collectivité. Plus qu’à d’autres, c’est à cette jeunesse marquée par les affres de la tragédie nationale, étreinte par la mal vie et l’appréhension des lendemains incertains que la démarche bouteflikienne s’adresse en premier lieu. La « transmission du flambeau » ne saurait être un acte mécanique, comme pourrait le suggérer l’image sportive.

Les comparaisons hâtives avec des pays développés, pour être ambitieuses, ne sont pas moins irréalistes. Encore moins, elles ne constituent pas, un modèle transposable en un tour de main. Malgré les « ratages » d’une expérience de développement qui a réalisé d’incontestables percées, l’impératif aujourd’hui, consiste à réunir les conditions objectives de la transition, de la relève.

Les politiques publiques clairvoyantes que M. Bouteflika mène méthodiquement depuis une dizaine d’années et qu’il poursuivra s’il est réélu dans les cinq années à venir, convergent toutes à la concrétisation de ces objectifs fondamentaux : pacifier les relations sociales, faire régner la confiance, fournir les conditions de vie moderne, assurer les Droits et Libertés, asseoir la pratique démocratique et édifier une base économique capable de porter nos ambitions nationales.

Il aspire aussi à inculquer, aux plus jeunes notamment, les valeurs authentiques, à mettre à l’honneur les valeurs islamiques de paix, de respect et de convivialité, les préserver de toutes manipulations malsaines, à élever le sens patriotisme, du civisme ainsi que le gout de l’effort et de l’initiative.

Vaste programme. Il ne saurait être l’œuvre d’une personne, d’un gouvernement ou d’une majorité. Cette quête serait vaine, sans l’engagement actif du plus grand nombre, par-dessus les clivages politiques et idéologiques.

Il y va du Renouveau de l’Algérie.

Source :  http://www.bouteflika2009.com/fr/content/view/201/86/

Publié dans Agenda de Campagne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article