6 candidats, 6 programmes, une Algérie

Publié le par Alliance ANR - UDR

Parmi les onze dossiers de candidature déposés auprès du Conseil
constitutionnel, six dossiers ont étés retenus.

De ce fait, les «six» se préparent à en entrer en lice pour le mandat présidentiel du mois d'avril.
Ces personnalités politiques nationales sont en l'occurrence, Abdelaziz Bouteflika, candidat indépendant, Moussa Touati, président du Front national algérien, Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs, Rebaïne Ali Fawzi, président du parti Ahd 54, Mohamed  Saïd, candidat indépendant, et Djahid Younsi, secrétaire général du Mouvement El Islah. Comme il fallait s'y attendre, les résultats du Conseil constitutionnel sont tombés avant-hier aux environs de 22 h.

La liste définitive des candidats comporte six noms, un chiffre pair, avoisinant le nombre de la liste
de la présidentielle de 2004.

Donc, la compétition pour la Présidence de la République à El Mouradia mettra en challenge six styles
de personnalités, autant de programmes politiques et autant de stratégies électorales.

 Les permanences électorales, qui se mettent en place, se déploient et affichent les choix de leurs candidats, n'ont pas encore toutes été installées. Si les alliances politiques autour des programmes et des candidats ne sont pas dévoilées, pour certains, il n'en demeure pas moins que deux permanences électorales sont officiellement opérationnelles. Celle du candidat Abdelaziz Bouteflika et celle de Mohamed Saïd se structurent et s'organisent, puisqu’elles disposent des directeurs de  campagne. Abdelmalek Sellal, directeur de campagne du candidat Bouteflika, Benzadi est le directeur de campagne de Mohamed Saïd, comme signalé dans un communiqué parvenu hier aux rédactions des journaux.

Une première réaction du chargé de la communication du candidat Mohamed Saïd, de son vrai nom Belaïd Mohand-Oussaïd, dans laquelle il exprime sa satisfaction quant à la décision du Conseil constitutionnel, qualifiée de lourde responsabilité dont il s'honore de remplir avec confiance et conviction.

S'agissant de l'étape suivante, qui s'ouvrira le 19 mars, à savoir, la campagne électorale, le communiqué ouvre des parenthèses sur les grandes lignes du discours politique des meetings, basé sur la franchise,
l'espoir pour bâtir ensemble l'avenir du pays. 

Nos contacts effectués, hier, auprès des autres candidats ont été vains et les numéros de téléphones des quartiers généraux des partis concernés ne répondaient pas.

Les acteurs de la classe politique nationale n'ont pas encore réagi aux nouvelles donnes, préférant prendre du recul avant de se prononcer. Chose naturelle, sachant l'importance du rendez-vous et les enjeux qu'il décline sans compter les nuances qui singularisent chacune des personnalités. 

L'agenda des programmes de l'échéance politique, qui mettra en compétition  six postulants à la magistrature suprême de la République, se met en place et les choses vont se précipiter, puisque maintenant il y a lieu, pour chaque candidat, de choisir et de désigner ses représentants au niveau de la Commission politique nationale
de surveillance des élections, de procéder à la désignation des collectifs entrant dans la campagne électorale
et les autres aspects techniques, matériels et logiciels en prévision de la réussite de l'opération des prochaines joutes populaires pour convaincre et toucher ses publics.

Houria A.

Source : http://www.elmoudjahid.com/accueil/presidentielles2009/28048.html

Publié dans Presse Algérienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article