Bouteflika, un suivi rigoureux des projets

Publié le par Alliance ANR - UDR


Bouteflika, un suivi rigoureux des projets

 

 

 

 Le compter sur soi est primordial, cette phrase prononcée par le Président de la République devant les présidents des assemblées populaires communales résume en elle-même tout un programme, toute une stratégie, tout comme elle définit le défi, le grand défi que l'Algérie se doit de relever,
que se doit de relever chaque Algérien, là où il se trouve, là où il travaille. Le défi d'une Algérie durablement installée dans un développement global, prospère tirant ses richesses d'activités diversifiées, et offrant des conditions idoines pour en créer d'autres, nationales ou étrangères.

A travers la démarche du Président de la République depuis son investiture à la magistrature suprême du pays, les différentes actions entreprises ont été autant de pierres apportées à l'édifice de la construction de cette nouvelle Algérie dont pratiquement les « gros œuvres » ont été terminés, reste maintenant, le second œuvre, les ouvrages d'achèvement.

 La stabilité est là, avec des institutions fortes que les réformes entreprises en leur faveur ont permis d'en consolider l'assise,
d'en conforter les agents en charge de leur gestion pour le plein exercice de leur mission.

Les réformes de l'administration, de la justice entres autres ont façonné cet Etat de droit fixant les droits et les devoirs de tout un chacun.

Les différentes actions de développement véhiculées par le programme du Président de la République, notamment les grands projets structurants et les projets des infrastructures de base ont été de ce fait autant de « béton » coulé dans cette phase des gros œuvres.
Des gros œuvres au bénéfice du développement local qui ont mobilisé entre 1999 et 2008 pas moins de 530 milliards de dinars pour la conduite de 110.000 actions liées à l'alimentation en eau potable, l'assainissement, la réalisation d'infrastructures pour la jeunesse et la pratique sportive, l'éducation, la santé, l'environnement, les infrastructures administratives et les routes pour le désenclavement.
Pour le second œuvre, c'est une phase à laquelle sont associés pleinement les 1.541 assemblées populaires communales, appelées à jouer les premiers rôles.

Les ouvrages d'achèvement ont pour nom le suivi rigoureux dans la gestion et l'entretien des réalisations, la prise en charge du quotidien des citoyens de leurs communes et surtout la prise en charge à bras-le-corps de l'aspect du développement local avec tout ce que cela sous-tend comme animation de la vie socio-économique, la préservation et la création des conditions idoines pour la création d'activités créatrices de richesses.

Les dettes des communes, 22,9 milliards de dinars cumulées entre 2000 et 2007, ont été effacées à la faveur des dispositions de l'actuelle loi des finances, lesquelles dispositions ont introduit par ailleurs des mesures concrètes pour l'amélioration des finances locales, des projets de loi en cours vont donner aux élus les moyens d'exercer pleinement leurs responsabilités et d'assumer leur rôle d'acteur principal dans le développement de leur commune car, comme l'a souligné le Président
de la République « le développement local qui a toujours été perçu comme relevant de la seule responsabilité de l'Etat central est en train d'être redéfini pour s'inscrire désormais dans les responsabilités des communes. »

Pour cela, le président d'APC a tous les moyens en main, des moyens tant humains que matériels, un champ d'action élargi et un terrain terrassé, où la démocratie locale pourra aisément s'exprimer et surtout montrer le « henné de ses mains. »
Saïd H.

Source : http://www.pressealgerie.com/elmoudjahid.htm 


Publié dans Presse Algérienne

Commenter cet article