ABDELAZIZ BOUTEFLIKA ET LA PRESSE

Publié le par Alliance ANR - UDR

« ... Aussi sommes-nous en droit de nous demander:
où étions-nous et où sommes- nous ? Notre Algérie qui était, dans un passé récent synonyme de déchéance, d’extrémismeet de violence, et dont les citoyens étaient regardés del’extérieur avec dédain , méfiance et mépris,
est devenueaujourd’hui digne de respect, de soutien,
de confiance, decoopération et de solidarité. »

envoyé par aminouXV3

Le président BOUTEFLIKA
a de tous temps et en maintes occasions réitérer ses attachements àla démocratie et à la liberté de la presse, l’Algérie restant signataire de toutes les conventions et chartes internationales garantissant la liberté d’expression
et la défense des droits de l’homme.

 Le 5 juillet 2006
 le président BOUTEFLIKA
amnistie tous les journalistes poursuivis par la justice pour
délits de presse et annulant par la même occasion toutes les peines d’amende encourues.

Les observateurs ont relevé que deux mois auparavant soit le 3 mai 2006 et à l’occasion de lajournée internationale de la liberté de la presse, le président BOUTEFLIKA accordait des mesures de grâce concernant les journalistes poursuivis par les tribunaux.

Il s’avère que BOUTEFLIKA avait piqué une de ces crises quand il appritque la liste présentée par le ministère de la justice en cette occasion était incomplète !!.. Il ordonna sur le champ qu’on lui prépare une liste complète de tous les journalistes concernés à l’occasion de la fête du 5 juillet…

envoyé par aminouXV3

La machine de guerre visant à empêcher la
réélection de BOUTEFLIKA se met en marche.

 C’est alors à un véritable lynchage médiatique auquel s’exposent le président de la république,
sa famille et ses proches collaborateurs Chakib KHELIL, TEMMAR, BENNACHENHOU et surtout son ministre
de l’intérieur Noredine Lyazid ZERHOUNI.

Tous les espoirs du moment
que la chaise KTV est « out », reposent donc
sur les 5+1 et qu’importe la manière,
pour faire chuter BOUTEFLIKA.

De tous les titres c’est le Matin de BENCHICOU
qui s’avère être une nouvelle fois le chef d’orchestre
en se montrant  le plus virulent et se distinguant
par de regrettables dérapages.

BOUTEFLIKA ne cède pas,il résiste.

Seul il continue son combat.

Les soutiens se font rares pour ne pas dire nuls.

envoyé par aminouXV3

Encensé hier par la presse dite moderniste et
républicaine KHALIFA n’est plus aujourd’hui pour elle
qu’un escroc recherché par Interpol.

Force est de reconnaître que
c’est le pouvoir de BOUTEFLIKA qui a mis fin au pillage
de notre économie par KHALIFA et non pas cette presse
prétendument soucieuse de notre économie et apte à s’agiter concernant des affaires qui comparées au scandale KHALIFA relèvent de la rigolade !.

Mieux, certaines plumes ne se sont pas gênées pour prendre des gants et réagir aux critiques
d’outre-mer visant leur protégé KHALIFA, les qualifiant
de racistes voire d’anti-algériennes !!.

La présidente du PT
( parti des travailleurs ), Louisa HANOUNE a tenté en vain, d’attirer l’attention des autorités du pays dès 1998 sur les bases douteuses de la création de ce futur…Empire. On a qualifié les réserves de madame HANOUNE de non fondées voire de « HASD »

envoyé par aminouXV3

Le président BOUTEFLIKA
a de tous temps et en maintes occasions réitérer ses attachements à la démocratie et à la liberté de la presse, l’Algérie restant signataire de toutes les conventions et chartes internationales garantissant la liberté d’expression et la défense des droits del’homme.

 Le 5 juillet 2006 le président BOUTEFLIKA
amnistie tous les journalistes poursuivis par la justice pour
délits de presse et annulant par la même occasion toutes lespeines d’amende encourues.

Les observateurs ont relevé que
deux mois auparavant soit le 3 mai 2006 et à l’occasion
de lajournée internationale de la liberté de la presse,
le présidentBOUTEFLIKA accordait des mesures de grâce concernant lesjournalistes poursuivis par les tribunaux.

Il s’avère que BOUTEFLIKA avait piqué une de ces crises quand il apprit que la liste présentée par le ministère de la justice en cette occasion était incomplète !!..

Il ordonna sur le champ qu’on
lui prépare une liste complète de tous les journalistes
concernés à l’occasion de la fête du 5 juillet…

envoyé par aminouXV3

Le président français CHIRAC a bel et bien reconnu
la responsabilité de l’état Français concernant la shoah,
la déportation des juifs, a bel et bien présenté les excuses officielles de la France concernant les crimes commis
à Madagascar en 1947 et à donné de la voix concernant
le génocide Arménien pourquoi donc cette politique de deux poids et deux mesures?!..

Pourquoi donc ce qui est valable pour d’autres pays
ne l’est pas pour notre peuple ?

Comment une guerre dont le nombre
de victimes est supérieur à la seconde guerre mondiale
( l’Algérie perdait un million et demi de ses meilleurs fils ) ne semble pas toujours suscité la moindre repentance
de la part des officiels Français ?

Le regard officiel Français
sur l’Algérie tardant donc toujours à s’exprimer.

Et quand le président Algérien dénonce ce déni
l’histoire, il se trouve malheureusement toujours
 ici et là des voix ( y compris Algériennes! ) accusant
 la réaction Algérienne de populiste,
de manœuvre politicienne et de « tutu quanti ».
Un jour en tous cas, le temps finira par parler
et l’histoire par en juger....

envoyé par aminouXV3

" CRITIQUE UN PRÉSIDENT "OUI", L'INSULTE "NON" Houmad Abdelaziz

Commenter cet article