Bouteflika s’offre un bain de foule contre la rumeur

Publié le par Alliance ANR - UDR

Annaba en liesse pour accueillir le président

Par : Ahmed Allia/Salim Koudil

Le chef de l’État en visite de travail à Annaba a inauguré plusieurs projets, à caractère socioéconomique, financés par les capitaux arabes. Annaba est sortie hier pour accueillir comme il se doit le président de la République.

Contrairement aux rumeurs qui ont circulé ces derniers jours sur une supposée dégradation de son état de santé, le président Abdelaziz Bouteflika s’est offert plusieurs bains de foule lors de sa visite, hier, à travers la ville de Annaba.
Il a affiché le visage de quelqu’un dont l’état de santé est des plus satisfaisants. Comme à son accoutumée, le président de la République est allé au-devant de la foule d’un pas alerte et le visage souriant. En fait, cette sortie publique se veut une réponse tacite aux dites rumeur émanant de certains pays étrangers qui se sont fait un “devoir” de distiller à intervalles réguliers. À chaque fois, le chef de l’État a attesté sa présence sur le terrain de sa parfaite disponibilité, en se pliant à ses obligations de premier magistrat du pays. La foule nombreuse est venue l’applaudir hier tout au long de son parcours à Annaba. Les citoyens étaient nombreux à avoir attendu patiemment le Président que ce soit à Annaba, au centre-ville, à Seraïdi ou encore à Sidi-Achour et à Sidi-Salem où il a inspecté l’état d’avancement des projets structurants qui sont en cours. Les jeunes surtout ont tenu à manifester leur joie au Président en dansant et en chantant au rythme des bendirs et de la zorna. Nombreux sont ceux d’entre ces jeunes qui n’ont cessé de scander des slogans louant la politique du Président, arborant banderoles et emblème national. Une ferveur que n’arrivaient pas toujours à contenir l’imposant cordon de sécurité. Les localités visitées par Abdelaziz Bouteflika durant la journée d’hier ont toutes été au diapason de l’énergie que ce dernier affichait, comme ont pu le constater tous les observateurs.
Infernal était le rythme de la visite (prévue pour deux jours) du président Bouteflika à Annaba hier. Pas moins de 28 points étaient au menu de cette visite entamée dès 9h30 et dont la fin était prévue aux environs de 19h. Il n’a pu se permettre une pause déjeuner qu’à 16h avant de reprendre de plus belle. Voulant certainement marquer les esprits en accordant la plus grande importance à tout ce qui se fait à travers le pays, le Président était accompagné de pas moins de 9 ministres : le ministre d’État et ministre de l’Intérieur,
M. Zerhouni, le ministre des Travaux publics, M. Amar Ghoul, le ministre de l’Éducation nationale, M. Benbouzid, le ministre de l’Habitat, M. Hamimid, le ministre des Affaires religieuses, M. Ghoulamallah, le ministre de l’Enseignement supérieur, M. Harraoubia, le ministre du Tourisme, M. Moussa, le ministre des Ressources en eau, M. Sellal et enfin celui des Transports, M. Maghlaoui. D’ailleurs, on n’a pas pu s’empêcher de noter que parmi eux, il y avait quatre ministres candidats aux élections législatives qui se dérouleront demain. Ne faisant aucune déclaration à la presse, le chef de l’État a tout au long de la journée tenu à voir de plus près tous les projets qu’on lui a présentés. Il s’est surtout penché sur ceux financés par des capitaux arabes. Il a commencé son périple par la pose de la première pierre pour la nouvelle réalisation de la nouvelle aérogare Rabah-Bitat. Un projet dont le maître d’œuvre sont les Égyptiens d’Arab Contractors. Les autres points étaient à caractère saoudien. Ainsi, il a posé la première pierre du projet de réalisation d’un centre d’affaires au titre de l’investissement direct se trouvant au centre-ville. D’un montant de 10 milliards de dinars algériens, ce centre sera doté d’un parking de trois étages avec une capacité de 2 500 places. Une infrastructure qui devrait résoudre l’épineux problème de stationnement qui se pose à Annaba, en plus du fait qu’il permettra la création de 4 000 à 6 000 emplois directs. Chiffres qui pourraient être revus à la hausse dans une perspective d’extension.
Le second investissement des Saoudiens à Annaba, inauguré par le chef de l’État, était le centre anticancéreux qui se trouve juste derrière le CHU Ibn-Rochd. Devant ceux qui lui présentaient les grandes lignes du projet, Bouteflika a exigé que le nom qui devrait être donné à ce centre soit Al-Saoud. Une manière, selon lui, de rendre hommage à l’Arabie Saoudite qui a fait don de un milliard de dinars algériens pour ce centre dont les travaux ont débuté en juin 2006 et devront se terminer en juin 2008. Le dernier projet derrière lequel on trouve le royaume wahhabite, au programme du chef de l’État, était le village touristique de Sidi-Salem (localité située à une dizaine de kilomètres du chef-lieu). Toujours dans le cadre de cette visite, le convoi présidentiel a inspecté plusieurs projets dans différents secteurs et à plusieurs endroits de la wilaya. Ainsi, profitant de sa visite de la mosquée d’Abou-Merouane (construite il y a 1 039 ans), se trouvant dans le vieux quartier de la Place d’armes, le Président s’est vu présenter le plan de réalisation de la Grande-Mosquée d’Annaba à Boukhadra. Il a aussi inspecté, entre autres, le projet de réalisation d’un viaduc, celui de la réalisation d’un échangeur sur la RN44 au niveau de l’aéroport et bien d’autres encore. Ne se contentant pas seulement de la ville, le convoi présidentiel a investi les hauteurs. En effet, le Président a assisté à la cérémonie officielle de la mise en service de l’alimentation en gaz de ville de la commune de Seraïdi (900 mètres d’altitude et à 13 kilomètres du chef-lieu). Il devait aussi en fin de journée être sur plusieurs lieux pour l’inauguration de nombreux édifices que ce soit dans la commune d’El-Bouni ou encore à Sidi-Salem. En plus de ce programme ultrachargé, le Président compte entamer dès aujourd’hui, mercredi, d’autres visites d’inspection et de travail dans les communes de Berrahal et d’El-Hadjar.
Enfin, on n’omettra pas de signaler la désorganisation qui a entaché cette première journée de visite et dont les journalistes ont été les victimes expiatoires.

Par : Ahmed Allia/Salim Koudil
Source :  http://www.liberte-algerie.com    

Publié dans Presse Algérienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article