«Durcissement des peines contre les consommateurs de stupéfiants»

Publié le par Alliance ANR - UDR

Le procureur général de la cour d’Alger l’a affirmé :
«Durcissement des peines contre les consommateurs de stupéfiants»

 

Après la mise en place des nouvelles mesures dissuasives concernant le durcissement des peines contre les agresseurs, voleurs de portables et les porteurs d’armes blanches prohibées et qui ont donné des résultats fructueux dès les premiers mois de leur application, d’autres mesures seront incessamment décidées par la cour d’Alger contre les détenteurs et consommateurs des stupéfiants. Même si les peines déjà en application en cette matière ne sont pas légères, elles vont être encore plus dures jusqu’à l’extermination du fléau qui prend des proportions alarmantes parmi la population juvénile.

C’est ce qui a été promis par le  procureur général près la cour d’Alger, Medjrab Douadi, jeudi, en son nouveau siège. Le responsable semble très décidé à assurer plus de sécurité publique, notamment que les premières démarches établies ont rapidement donné des résultats. Ainsi, les procureurs de la République et les juges des cinq parquets de la capitale vont être appelés à être plus durs dans la prononciation des peines contre les personnes arrêtées en détention de n’importe quel genre de stupéfiants, sans même qu’il s’agisse de sa commercialisation. Le département de la Justice vise par ce genre de mesures initiées par le procureur général et qui doivent être encouragées de mettre fin aux fléaux sociaux qui sont à l’origine de l’insécurité publique, ce qui encouragera, également, les services de sécurité à multiplier leurs efforts contre les criminels puisqu’ils ne seront pas facilement relâchés. D’ailleurs, il est remarquable que les quartiers de la capitale retrouvent progressivement la quiétude, en plus de circulation nocturne des citoyens qui témoignent, de leur part, du recul des criminels et saluent les nouvelles mesures prises par le procureur général.

«Soigner» le service de l’état civil
Pour ce qui est de la reprise des activités après de déménagement de tous les services de la cour d’Alger (Sidi M’hamed) vers le nouveau siège sis aux Annassers (ex-Ruisseaux), M. Douadi a indiqué qu’il n’a pas eu de rupture au niveau des différents services, ni dans le déroulement des audiences. Par ailleurs, avec un nouveau siège confortable, les fonctionnaires de cette institution devront, normalement, améliorer la qualité de leurs services au profit des citoyens, notamment en ce qui  concerne le service de l’état civil. Abordant ce point, le procureur général a promis d’y mettre de l’ordre en donnant une importance particulière aux conditions de recrutement comme à la formation du personnel en activité. «Le citoyen ne devra pas attendre pour l’acquisition d’un document qu’il a droit à avoir immédiatement. Les services sont priés de faciliter la tâche au citoyen et d’éviter les erreurs. Pour ce faire, nous allons organiser plusieurs réunion de travail avec les professionnels dans ce sens», a-t-il affirmé. Le citoyen pourra, peut-être, suite aux «soins» qui sont réservés à ce service, de garder ses nerfs et régler ses problèmes sans bureaucratie ni perte de temps et, surtout, sans erreurs. Par ailleurs, dans le programme de la cours d’Alger, il est prévu un ensemble de rencontres et de réunions avec, dans un premier lieu, les notaires et les huissiers de justice exerçant à Alger. Cette initiative prise par la cour permettra de renseigner davantage ces professionnels sur leurs droits et leurs devoirs, ce qui leur permettra d’exercer leur métier correctement, et ce, sans atteinte aux lois de la République.


09-06-2007
par : Radia Zerrouki
Source : http://www.lanouvellerepublique.com


Publié dans Presse Algérienne

Commenter cet article