La nouvelle APN installée aujourd'hui

Publié le par Alliance ANR - UDR



anti_bug_fckPrévue initialement pour dimanche dernier

La nouvelle APN installée aujourd'hui

Jeudi 31 Mai 2007

 La Tribune (Algiers) 
Par : Ghada Hamrouche

La troisième législature pluraliste, la 6ème depuis l'indépendance de l'Algérie, débutera aujourd'hui avec l'installation officielle de la nouvelle Assemblée populaire nationale (APN) issue des élections législatives du 17 mai dernier. Avec un retard de quatre jours sur la date édictée par l'article 113 de la Constitution, la nouvelle assemblée aura à débattre d'importants projets de loi, notamment l'amendement de la loi électorale décriée par toutes les formations politiques en lice au dernier scrutin législatif mais aussi une très controversée loi de finances complémentaire. Des débats qui, s'accordent à dire les observateurs, ne différeront certainement pas beaucoup de leurs précédents dans l'assemblée sortante vu la composante de la nouvelle. Une composante qui reste, après tout, dominée par les partis de l'Alliance présidentielle.
Présidée par le docteur Abdelaziz Ziari, la nouvelle assemblée ne compte pas moins de 22 formations politiques et 33 sièges pour les candidats indépendants. A l'instar de la législature précédente, les partis de l'Alliance présidentielle se sont taillé la part du lion dans la composante de la nouvelle assemblée totalisant à eux seuls 250 sièges sur les 389, après le ralliement de 14 députés indépendants au groupe parlementaire du Front de libération nationale (FLN). Ce dernier aura décroché ainsi 154 sièges. Quant à ses deux alliés, à savoir le Rassemblement national démocratique (RND) et Harraket moudjtema essilm (HMS), ils ont obtenu respectivement 62 et 52 sièges. Les indépendants, qui ont réussi à décrocher initialement 33 sièges, ne seront que 19 après le ralliement de 14 d'entre eux au FLN. Concernant le Parti des travailleurs (PT), qui a gagné 3 sièges par rapport à la législature de mai 2002, il sera représenté par 26 députés en plus d'un représentant au bureau de l'assemblée. Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) retrouve les 19 sièges qu'il avait décrochés à la première législature pluraliste de 1997, talonné par le Front national algérien (FNA) avec 15 sièges et le Mouvement national pour la nature et le développement (MNND) avec 7 sièges.
Le Mouvement Ennahda (MN), le Mouvement pour la jeunesse et la démocratie (MJD), l’Alliance nationale républicaine (ANR), le Mouvement de l’entente nationale (MEN), le Parti du renouveau algérien (PRA), le Mouvement Islah (MI), le Mouvement El Infitah (ME), le Front national des indépendants pour la concorde (FNIC), AHD 54, le Parti national pour la solidarité et le développement (PNSD), le Mouvement national d’espérance (MNE), le Rassemblement patriotique républicain (RPR), le Rassemblement algérien (RA), le Front national démocratique (FND) et le Mouvement démocratique et social (MDS), aile de Hocine Ali, se partagent un tribut allant de 1 à 5 sièges.
C’est dire la composante mosaïque d’une assemblée «mal élue» où le taux d’abstention a, rappelons-le, dépassé les 66%. Un taux record jamais atteint dans toutes les consultations populaires depuis l’indépendance du pays, en 1962. Cette assemblée se distingue aussi par un vieillissement des «représentants du peuple» et une régression notable de la représentation féminine. 

G. H.

Source : http://www.latribune-online.com/

Publié dans Presse Algérienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article